Les députés ne sont pas des super-héros (mais en fait si)

La semaine dernière, les séances de questions au gouvernement (QAG) ont consterné nombre de citoyens, ainsi que des observateurs de la vie parlementaire pourtant aguerris à l’exercice. Pour en avoir un aperçu, on peut lire l’article dans Marianne titré « Assemblée nationale : après les invectives, le dégoût », mais aussi l’article du Monde « Un « triste spectacle » à l’Assemblée, quatre jours après les attentats », partagé à ce jour près de 30 000 fois sur Facebook, et ses 540 commentaires des lecteurs.

C’est l’occasion de ressortir ce papier présenté en juillet dernier à Toulouse, où je proposais quelques pistes pour donner un sens à la démesure du comportement des députés durant les QAG. Ce qui suit en est une version légèrement remaniée (sur la forme).

Gotlib, Boucq, Belkrouf (2015) Superdupont

Extrait de Gotlib, Boucq et Belkrouf, « Superdupont. Renaissance » (tome 1), Éditions Dargaud, 2015.

Mon point de départ est ce paradoxe apparent selon lequel les citoyens sont souvent moins critiques envers le député de leur propre circonscription qu’envers tous les autres. Ceci suggère : (1) que la réception du public vis-à-vis du spectacle des QAG est plurielle, faisant que (2) lorsque l’attitude d’un député est jugé déplacée par certains elle est en même temps jugée adéquate par d’autres. Il faut encore (au moins) ajouter dans cette marmite (3) la tendance de tout individu à « voir midi à sa porte », c’est-à-dire à considérer son propre jugement comme universel, et (4) un cadre médiatique constitué par un dispositif de communication de masse. Cette liste d’ingrédients suffit presque à déjà comprendre pourquoi notre bouillon a cette fâcheuse tendance à bouillonner, et déborde si régulièrement.

L’argument que je défends consiste à dire que le costume que porte un député est pétri de telles contradictions qu’il est impossible de le porter pleinement, c’est-à-dire de façon à faire l’unanimité. Il y a un décalage, entre ce que le député est et ce qu’il est censé être, qui implique de considérer « le député » comme une figure mythique avant d’être un citoyen élu, c’est-à-dire une représentation ancrée dans l’imaginaire collectif français, aux contours flous et mouvants mais bien réels. De ce point de vue, le mandat parlementaire dicte à certains individus la mission de faire vivre cette figure mythique, au mieux, ce qui passe en particulier par la mise à profit de situations de forte visibilité médiatique telles que les QAG.

Cette figure mythique, pour mieux la cerner, on peut la comparer à celle du super-héros, qui peut être défini de la façon suivante : une attitude hors-norme, une mise en spectacle et une image médiatique positive (voir par exemple le cas Laurent Wauquiez). Le député, de son côté, combine également une attitude hors-norme et une mise en spectacle mais dont on constate régulièrement qu’il récolte une image médiatique négative. On pourrait dire alors que le cadre des QAG fait que les députés sont incités à se comporter en super-héros, mais cette posture étant impossible, elle suscite des déceptions qui sont à la hauteur de la contradiction dans laquelle le député se trouve empêtré selon la situation.

Les députés sont censément des super-héros

Si l’attitude attendue chez les députés est inatteignable, c’est que en raison de (au moins) trois exigences qui s’imposent à eux de part leur mandat, qui sont contradictoires donc insolubles. Toutes les trois ont pour origine une disposition constitutionnelle.

Les deux premières découlent du fait que le député, bien qu’élu au niveau local, se doit d’être le représentant de la nation entière. Il est admis que, en France, on ne considère pas qu’il y a un député par circonscription, mais qu’il y a 577 députés de la nation. Ceci signifie que le député n’est pas censé défendre les intérêts locaux de sa circonscription d’élection, pourtant s’il ne le fait pas il ne sera pas réélu. Ceci implique notamment que, pour faire face à ses obligations il doit être pareillement présent dans sa circonscription comme un acteur politique local, et à Paris comme un acteur politique national. Il s’agit littéralement de savoir être sur tous les fronts, ce qui passe par exemple par l’adoption d’un mode de vie nomade. C’est la première contradiction (1), que je nomme celle « de l’ubiquité » (dont le syndrome typique est celui du double agenda).

Également, le fait que le député soit à la fois un élu de la nation et le représentant d’un territoire implique que les députés doivent savoir relier des préoccupations parfois difficilement conciliables, pour ensuite justifier de l’occupation de leur temps. Par exemple, du point de vue local, les fonctions nationales du député sont plutôt ingrates au sens où le travail y est technique, invisible, de long terme, ce qui en rend les enjeux difficilement perceptibles. C’est la seconde contradiction (2), que je nomme celle « du bilan impossible », qui tient du fait que même si le mandat impératif est nul en France, le député a une exigence de résultat, ou pour être plus précis, doit toujours paraître actif aux yeux du niveau local (ce qui passe notamment par une visibilité médiatique).

La troisième contradiction (3), que je nomme celle « du juge et partie », a une autre origine constitutionnelle. Elle tient du fait que le législateur a pour double mission de voter la loi que le gouvernement lui soumet, en même temps que de contrôler l’action de ce gouvernement. Autrement dit, il est attendu du député qu’il soit un arbitre absolument neutre (et omniscient), bien qu’élu sur des critères essentiellement partisans. Sa relation au gouvernement est compliquée : il doit savoir amender un projet de loi sans en altérer le sens, ce qui implique donc une collaboration qui rend difficile le contrôle ce gouvernement, d’autant que ce dernier récompense ses meilleurs soutiens en les recrutant comme membres. De manière similaire, quand il doit trancher entre les positions de différents groupes d’intérêts, au moment de rédiger un amendement par exemple, faire abstraction du fait d’être élu d’un territoire ou membre d’un parti politique est impossible.

Petite parenthèse, précisons bien que ces exigences ne sont pas que des dysfonctionnements, ce sont aussi des fonctionnements. L’exigence d’ubiquité agit comme un ascenseur direct entre l’échelle très locale et l’échelle nationale de la société française, c’est un dispositif qui vise à unifier le territoire en réduisant les distances géographiques et politiques. L’exigence du bilan impossible oblige les élus à toujours prendre soin d’ancrer leur projet politique dans la réalité sociale. L’exigence d’être juge et partie est une garantie contre les décisions technocratiques, c’est-à-dire la tendance au repli sur soi de la sphère politique, en favorisant la raison pragmatique sur la raison théorique.

La fonction de député est donc un rouage essentiel du régime politique français. Il permet, dans le cadre d’un État-nation centralisé, de résoudre les tensions qui naissent du grand écart entre les échelles locale et nationale de la société française. Or, cette tension n’est en vérité que théoriquement résolue, puisque elle ne fait que se déplacer d’une problématique collective vers une problématique individuelle. Ce n’est plus à la société d’établir ni le pont entre les décisions parisiennes et leurs applications locales, ni le pont entre les problématiques locales et leurs prises en compte à Paris. Ces ponts sont désormais de la responsabilité des députés, c’est à eux de résoudre cette tension dans leur manière de conduire leur mandat.

Les députés sont véritablement des super-héros

Or, les députés ne sont pas des super-héros, ils ne bénéficient pas de qualités sur-humaines. Ils n’ont pas le don d’ubiquité, ils n’ont pas la science infuse, leur jugement n’est pas empreint de neutralité, et leurs décisions ne font jamais l’unanimité. Qu’est-ce qu’est alors un député ? On aime dire à l’Assemblée qu’il y a autant de manières d’être député qu’il y a de députés. Chaque député élabore à son niveau des stratégies de manière à résoudre les tensions qui s’imposent à lui, et que je viens de décrire. Il faut ainsi tenir pour acquis le fait suivant :  l’élection est une condition nécessaire mais pas suffisante, être député c’est surtout construire une posture de personnage public dans un cadre défini par des exigences contradictoires. Dès lors, l’« élu lors du scrutin législatif » et le « député » sont deux notions essentielles à distinguer : l’une désigne l’individu, tandis que l’autre désigne le personnage élaboré par cet individu.

L’élu n’est pas nécessairement le député, et le député n’est pas nécessairement l’élu. Pour comprendre cela, il faut voir que le député n’est jamais un mais toujours multiple, c’est une fonction qui doit considérée comme collective. Ce caractère collectif se joue à deux niveaux. Premièrement, les députés se spécialisent et se délèguent entre eux les responsabilités (même si ce n’est pas toujours formalisé). Pour cela, certains resteront en circonscriptions, d’autres préféreront l’ombre du travail législatif, certains se proposeront comme experts de tel ou tel domaine, d’autres choisiront de se mettre à disposition des autres comme président ou comme questeur. Chacun va se positionner sur un type d’activité, sur une thématique aussi, en fonction de ses compétences et des attentes de ses électeurs. C’est-à-dire qu’un député ne peut satisfaire seul aux exigences contradictoires qui s’imposent à sa fonction, ce n’est que par la somme des 577 manières d’endosser le costume de député que la fonction pourra les résoudre.

Deuxièmement, le député est aussi une posture collective au sens où il est fondamentalement une équipe. L’élu recrute et licencie ses collaborateurs en fonction des compétences qu’il juge nécessaires à son mandat à un instant t, il affecte leurs bras et leur intelligence en fonction des différents lieux où il doit apparaître et des différentes tâches qu’il doit accomplir. Chaque élu est le chef d’une petite entreprise nommée « député », et chaque individu qui la compose peut en constituer un avatar, quand bien même la personne morale est incarnée par celui qui a été élu.

En somme, le député n’est pas tant une fonction, un statut, ou une posture, c’est avant tout une figure mythique, une représentation imaginée et suggestive qui rassemble en un seul personnage toutes les façons d’être député. Cette figure mythique, les équipes parlementaires vont chacune à leur niveau s’employer à en élaborer un avatar, en s’en faisant la plume, les bras, le visage, de manière à façonner un personnage le plus conforme possible aux attentes contradictoires. Puis, à un second niveau, la somme des actions menées par toutes les équipes parlementaires rendra possible la résolution des exigences contradictoires qui s’imposent à chacune.

En ce sens, le député est un super-héros. Plus précisément, l’élu, en tant qu’individu, ne l’est pas, mais le député, en tant que figure mythique (doublement construite collectivement), l’est. Dans la quasi-intégralité des cas, l’élu va donc chercher avec son équipe à s’approcher au plus près du mythe afin d’accéder à la reconnaissance, la légitimité et le pouvoir qu’il convoite. L’élu ne refuse pas le plus souvent d’endosser ce costume impossible. Il va au contraire s’employer à coller à cet idéal en espérant en tirer une plus forte popularité. C’est là tout le problème qui se pose à chaque séance des QAG.

Le spectacles des QAG

Mon propos est ici en apparence contradictoire. Pourquoi au moment où il s’agit précisément de se mettre en scène de la manière la plus juste et adéquate, les députés échouent-ils à coller à cet idéal de super-héros ? C’est le contraire qui devrait arriver : les QAG devraient être le moment où la mise en scène sonne parfaitement juste. Comment se fait-il qu’au contraire ce spectacle parlementaire soit le moment où un décalage émerge précisément au yeux des observateurs ? Pour l’expliquer il faut tenir compte de deux phénomènes conjoints qui font des QAG un exercice très compliqué. (1) Une séance de QAG est un dispositif médiatique qui incite les élus à se mettre en avant en opérant donc un pas de côté vis-à-vis du collectif. (2) Une séance de QAG est une situation d’interaction complexe entre cinq protagonistes.

J’explique. Un élu, à qui est donnée la parole pour poser une question au gouvernement, ou qui prend la parole librement pour accuser son collègue de mauvaise foi, s’emploie à ce moment à endosser au mieux son rôle de député (par exemple en montrant qu’il exerce son pouvoir de questionner le gouvernement, ou qu’il se positionne dans un débat politique au nom de ses électeurs). En prenant la parole, il se distingue du collectif des députés, ce qui implique que durant sa prise de parole, il assume seul toutes les exigences qui incombent à sa fonction (or, on a vu quelles n’étaient envisageables qu’au niveau collectif). En jouant à ce moment le rôle du super-héros, il se met donc dans une posture périlleuse.

Cette posture ne le serait pas tant s’il ne s’adressait à ce moment qu’à un seul interlocuteur, par exemple à ses seuls électeurs, à ses collègues uniquement, ou si ses propos n’étaient seulement destinés qu’au gouvernement. Si l’élu n’avait à ce moment qu’un seul interlocuteur, il pourrait se mettre en scène en ciblant un répertoire d’attitudes et de comportements adéquats, le plus susceptible d’emporter l’adhésion. La mise en scène de la figure du député serait sans fausse note, il apparaîtrait comme le super-héros qu’il parvient tous les jours à mettre en scène dans le cloisonnement de son agenda hebdomadaire (les électeurs en circonscription, ses collègues politiciens à Paris, les journalistes sur rendez-vous).

Or, dans une séance de QAG, il se montre sous les yeux de tous. Ne pouvant adopter toutes les postures en même temps, il se doit de faire un choix, indiquant par là même à quel interlocuteur il s’adresse. Il ne se montre alors pas forcément de manière adéquate aux autres. Celui qui pose sans subtilité une question qui arrange le gouvernement prend le risque d’être pris en flagrant délit d’allégeance, ces électeurs lui demanderont vraisemblablement des comptes en fin de semaine, mais aura peut-être marqué un point auprès du premier ministre ce qui n’est pas inutile pour décrocher telle ou telle mission ou responsabilité. Celui qui interpelle un collègue avec trop de mauvaise foi sera hué par l’autre bord de l’hémicycle, mais gagnera quelques points auprès de son électorat ou même du gouvernement de la part de qui il aura fait passer un message.

Durant les QAG, c’est donc toute la tension entre les différentes échelles de la vie politique qui est donnée à voir. La démesure ressentie par un observateur reflète finalement la démesure des contradictions qui s’imposent aux élus lorsqu’ils se mettent en scène comme député. Les QAG sont un dispositif institutionnel où il s’agit de paraître un super-héros, alors précisément que le cadre médiatique l’empêche.

*

J’ajoute ici une précision. Au vu des QAG du 17 novembre dernier qui ont suscité tant d’incompréhension, on pourrait m’objecter (à raison) que mon hypothèse est bancale : la posture attendue chez les élus ne faisait là l’objet d’aucun mystère, ce jour plus que tout autre. Ces QAG n’auraient-elles pas précisément dû nous montrer des députés unanimement humbles, révérencieux et mobilisés face au caractère historique de l’instant (ce qui ne fût pas le cas) ?

Ce qui nous a été donné à voir dans l’hémicycle, c’est une unité nationale hégémonique au sein de laquelle ont émergées des voix posant des questions qui fâchent. Si ces voix ne s’étaient pas élevées (formellement désagréables, mais conforme aux règles tacites du débat parlementaire), elles auraient manquées, ce qui aurait été d ‘ailleurs relevé. En l’occurrence, certains élus ont considéré, à tort ou à raison, que le gouvernement tentait de profiter de cette unité pour s’assurer la docilité des députés. Parmi les plusieurs publics possibles, ils ont choisi à ce moment de s’adresser prioritairement à celui que constituent les ministres, au risque d’une mauvaise image médiatique chez les citoyens. Ces QAG dy 17 novembre ne sont donc pas un contre-exemple.

Qui plus est, le spectacle auquel nous avons assisté fut donc malgré tout assez représentatif de ce que pouvait « ressentir » à ce moment la nation française, plus en tout cas que le spectacle qui aurait montré une assemblée de députés communiant harmonieusement. Constitutionnellement parlant, sur un plan collectif, les députés ont remplis leur office. Ce n’est pas dire que l’unité nationale a été sacrifiée sur l’autel de la représentation nationale. Au contraire, pour l’institution parlementaire la représentation nationale est le ciment de l’unité nationale, elle passe donc d’abord.

 

Édit du 24 janvier 2016 : lien vers l’article Gérald Darmanin donne un indice sur l’identité de Superman : il pourrait s’agir de Laurent Wauquiez de Sylvain Chazot sur le Lab politique d’Europe 1.

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Les députés ne sont pas des super-héros (mais en fait si) », LASPIC | Carnet [en ligne], 24 novembre 2015, URL : https://laspic.hypotheses.org/3709 (consulté le 24 mars 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *