La participation politique façon Youtube

Depuis la fin de semaine dernière, une vidéo fascinante déposée sur Youtube rencontre un certain succès dans les plis de l’internet franco-français. Khaled Freak, son auteur, y utilise des images de la séance de questions au gouvernement du 23 avril 2013, diffusées par l’Assemblée nationale, pour isoler un échange entre un député LR et un ministre PS (respectivement Dominique Dord et Bernard Cazeneuve) et en proposer une version chantée, mise en scène façon duel de rap.

Qui est Khaled Freak ?

Une œuvre n’ayant d’intérêt à mon sens qu’une fois ramenée à la personne qui l’a produite, j’ai eu envie de savoir qui était l’auteur de cette vidéo. Je constate en passant que personne ne semble s’être posé cette question ; ce qui ne manque de m’interroger sur la perception et l’usage de ce type de contenu chez les journalistes qui l’ont relayé (Spi0n, puis Libération, Les Inrocks, Rue89, RTL, etc.) pour qui l’exercice du détournement, dont les cultures numériques se sont fait une spécialité, ne semble avoir d’intérêt que pour son potentiel de formidable pousse-au-clic, mais demeure tout à fait illégitime en tant que discours sur la société (à l’exception près de France TV Infos). J’ai donc pris mon téléphone et j’ai demandé à Khaled Freak de me raconter.

Il m’a avoué d’emblée être un peu surpris (mais ravi) de l’engouement de la vidéo ces tous derniers jours, alors que voilà près d’un mois maintenant qu’elle est en ligne et qu’il fait son possible pour lui donner un peu de visibilité. Il avait un peu perdu espoir et, pour tout dire, il en a un peu souffert. « J’ai fait un beau travail, j’ai tout donné, et il a du mal à… mais finalement ce n’était qu’un problème de communication. Il suffisait qu’une personne connue dise : c’est bien ». C’est la machine médiatique qui a propulsé la vidéo au delà du public initial (20 000 vues). « En deux jours, bim bam boum, des articles partout (rires) ! C’est bien. Je suis rassuré, je ne me trompais pas ».

Khaled Freak se décrit comme quelqu’un ayant « une femme, deux enfants » ; il a 34 ans, vit à La Ciotat (à mi-chemin entre Marseille et Toulon) et travaille comme « technicien réseau ». Il se dit passionné de musique depuis toujours, et rêve d’en faire son métier. Il utilise son temps libre pour faire des détournements vidéos dans l’idée de divertir les gens : « quand vous regardez mes vidéos, vous oubliez ce que vous avez vécu dans la journée, vous vous détendez ». Il ne s’intéresse à la politique que de loin, il se sent concerné mais pas impliqué, déçu aussi au point où il a choisi dernièrement de ne plus voter. Dans ce remix, c’est la première fois qu’il assume un message politique.

Le problème, c’est le système

Pour ce qui est de la création du remix, Khaled Freak m’explique avoir été guidé par un seul principe : « garder une neutralité ». Il ne fallait pas qu’on puisse l’associer à l’un ou l’autre des courants de la scène politique nationale. Il s’est appliqué à ce que MM. Dord et Cazeneuve bénéficient d’un « temps de parole à peu près équivalent ». Chacun s’est vu appliquer les mêmes règles de découpage du propos, les mêmes effets sur leur voix, dans l’idée qu’il ne s’agissait pas de détourner le discours mais de le synthétiser, donc d’en garder l’esprit original en le retouchant le moins possible. Une exception toutefois : si avec Dominique Dord, ce fut simple à réaliser du fait de la structure initialement répétitive de son propos, ce fut plus compliqué avec Bernard Cazeneuve, il a fallu « tricher un peu » pour le besoin de la cause.

Si le propos ne devait pas être touché c’est que, à ses yeux, la vidéo originale lui paraissait déjà suffisamment lourde de sens : en substance, « vous avez deux enfants en train de se renvoyer la balle, et le pays au milieu qui est en crise ». Étant donné le faible nombre de vues de cette dernière, il se donne comme défi de la faire mieux connaître. Pour cela, il choisit de souligner la proximité de forme entre cette passe d’arme politique et un duel de rap. Cette stratégie a deux avantages : d’une part, elle rend la vidéo plus facile d’accès en jouant sur le registre de l’humour, d’autre part elle lui permet d’en souligner la vanité. Il dessine aussi une affiche imaginaire pour ce duel où, par une composition graphique cette-fois ci, il prolonge l’esthétique du combat par une référence double aux combats de boxe et aux jeux vidéo de combats (façon Tekken).

Cette analogie n’est pas anodine, elle cible ces bras de fer qui n’ont d’autre but que le plaisir de l’affrontement en lui-même, dans lequel l’important n’est pas de tant gagner mais de participer (et de ne pas perdre). Voilà qui permet de montrer combien cet échange entre le ministre et le député relève d’un exercice de style où trouver une solution paraît secondaire par rapport à la nécessité de faire perdurer l’antagonisme qui les oppose. « C’est pour dire, m’explique Khaled Freak, que ce n’est pas en étant avec l’un ou avec l’autre que le problème [économique] sera résolu. […] Le problème, c’est le système ». On remarquera d’ailleurs que le titre du remix a été choisi non sans malice : en reprenant l’argument choc de Dominique Dord, « C’est pas de votre faute », Khaled Freak le retourne contre l’ensemble des parlementaires et ministres ici réunis.

La culture du remix et la fonction démocratique du duel

Poser quelques questions à l’auteur nous montre ainsi que nous n’avons pas ici affaire à un détournement gratuit (mais en existe-t’il ?) seulement destiné à divertir. L’humour n’y est pas la fin mais le moyen, celui notamment de prendre la machine médiatique à son propre jeu en diffusant un message politique sous couvert d’une fine réalisation technique. Ce détournement est une prise de position pensée pour être diffusée, c’est de ce point de vue une forme pleine de participation politique. Elle s’inscrit dans une longue tradition historique, celle de la critique politique par le détournement, la dérision et le pastiche, tradition rendue vivace au sein de la Vème république sous l’impulsion du mouvement de l’Internationale Situationniste. De fait, elle s’inscrit aussi dans la veine de la culture du remix, cet âge des « cultures expressives et des publics remixeurs » d’après les mots de Laurence Allard, apparue depuis les années 2000 avec l’avènement du web qui tendrait à faire émerger une culture de la participation généralisée.

Mais, au delà du message politique qui s’y appuie, ce remix est aussi pertinent sur un autre plan. D’un point de vue descriptif, il montre de manière très réussie la parenté entre l’exercice des questions au gouvernement et les traditions des duels parlementaires : qu’est ce qui fondamentalement distingue un duel armé entre deux députés d’un duel verbal entre un député et un ministre ? N’ont-ils pas tous deux comme visée de départager deux égos en soumettant leur crédibilité publique à un affrontement qui n’engage surtout pas des faits et des arguments de raison, mais surtout un public ? Finalement, en soulignant le combat de coqs auquel se livrent MM. Dord et Cazeneuve, Khaled Freak ne viendrait-il pas nous rappeler que le parlementarisme à la française c’est aussi cela (et a toujours été cela) : un ordre où l’élite a ses propres élites, et donc où il faut jouer des coudes pour réussir ? En 1892, Clemenceau et Déroulède avaient l’arme à feu ; en 2013, Dord et Cazeneuve ont l’applaudimètre (et, dans les deux cas, il semble que le match fut nul).


Nota : tous mes remerciements à Khaled Freak (@khaledfreak) pour avoir accepté de répondre à mes question, puis pour avoir relu le texte pour vérifier le bon usage de son propos ; ainsi qu’à Laurence Allard (@laurenceallard) pour ses suggestions de lecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *