Soutenance de thèse

Mercredi dernier, le 26 juin, ce travail de thèse (pour lequel j’ai créé ce carnet de recherche) a pris fin. Une page se tourne !

C’était à l’EHESS, devant un jury composé de (dans l’ordre alphabétique) : Olivier Costa, Jérôme Denis, Delphine Dulong, Delphine Gardey, Caroline Ollivier-Yaniv et Éric Wittersheim. Merci infiniment à eux pour leur lecture assidue, pour avoir fait le déplacement et pour la riche discussion suscitée.

Le résumé de la thèse est disponible à cette adresse. Je publie ci-dessous mon exposé de soutenance, qui me semble être à ce jour la meilleure synthèse de cette vaste entreprise.

 

Madame la présidente,
Mesdames et Messieurs les membres du jury,

J’ai l’honneur et le plaisir de présenter devant vous aujourd’hui ma thèse intitulée :

« L’Assemblée du 21e siècle ». Anthropologie et histoire des infrastructures de communication d’une institution politique d’État

Je vous remercie de l’intérêt que vous avez bien voulu porter à ce travail, en acceptant de prendre part à ce jury et en me permettant de soutenir aujourd’hui cette thèse de doctorat. Je remercie aussi mon directeur de recherche, Marc Abélès, pour avoir le premier cru et soutenu ce projet puis pour sa patience durant les nombreuses années qui ont suivi. Je voudrais aussi remercier celles et ceux qui m’ont fait l’amitié de venir assister à cette soutenance.

Itinéraire de recherche

Cette recherche doctorale a commencé il y a un peu plus de onze ans. C’est en effet un projet qui a été long à démarrer. D’abord, parce que je n’ai bénéficié d’aucun financement externe pour sa mise en œuvre. Ensuite, car l’Assemblée nationale est un monde dans lequel on n’entre pas facilement, et dans lequel on ne reste pas aisément non plus, si l’on ne participe pas directement au travail législatif. Ce fait est connu, pour approcher le quotidien de la vie parlementaire, il faut maîtriser un certain nombre de règles informelles, que l’on n’apprend que par l’expérience. Mais il faut aussi construire des relations de confiance avec ses interlocuteurs, qui par ailleurs sont eux-mêmes pour beaucoup en position précaire dans le monde parlementaire. Étalée sur trois législatures différentes, mon enquête a connu deux élections législatives générales, en juin 2012 et en juin 2017 qui ont vu une large partie du personnel politique de l’Assemblée être renouvelé, et ce faisant une large partie de mon carnet d’adresse. Enquêter dans un tel contexte requiert patience et persévérance.

D’un autre côté, durant ces onze années, j’ai eu tout le loisir d’observer l’Assemblée se transformer. C’est en 2007, aux prémices de cette enquête, que les bureaux parlementaires au Palais ont été systématiquement équipés de plusieurs ordinateurs. C’est à ce moment également que les élus ont expérimenté les premières applications législatives en ligne et ont acheté leur premier iPhone. Aujourd’hui, ces outils et ces services numériques, mais bien d’autres encore, sont non seulement incontournables dans les usages quotidiens des parlementaires mais le fait est, plus largement, que le travail législatif dans son ensemble ne pourrait plus être réalisé sans. Cette dernière décennie a été sans conteste riche en possibilités pour alimenter une réflexion sur les évolutions du parlementarisme français aujourd’hui.

J’ai eu l’opportunité au début de cette période d’occuper la place de collaborateur parlementaire, ce qui a été riche d’enseignement sur les activités ordinaires du personnel politique de l’Assemblée. Toutefois, cette première expérience n’a pas suffit à donner à cette recherche un corpus de données suffisant à exploiter. Les questions que j’adressais à mes interlocuteurs sur leurs usages des outils informatiques et des services numériques n’ont en effet pas trouvé d’écho. D’un côté, les parlementaires ne se considéraient pas compétents sur la question technique, qu’ils n’envisageaient pour la plupart que comme de basses préoccupations matérielles, et me suggérait plutôt de m’adresser à leurs collaborateurs. De leur côté, les collaborateurs se dérobaient à ma curiosité, désireux de rester dans l’ombre, et souvent trop occupés pour avoir le loisir de mettre en récit la pratique de leurs instruments de travail quotidiens.

Deux événements, de nature très différente, ont alors transformé mon questionnement, et donné à cette recherche sa forme définitive. Le premier est l’essor soudain de l’usage de Twitter à l’Assemblée à partir de 2010, non pas seulement chez les élus mais chez les collaborateurs, les journalistes et les personnels de l’administration également. Cette appropriation a eu pour résultat de sortir des murs du Palais nombre d’échanges et de conversations qui y étaient jusque là confinées. J’y ai trouvé un moyen informel d’entrer en contact avec les petites mains du travail législatif puis organiser des entretiens en bonne et due forme. À partir de là est née l’opportunité d’accéder pendant près de six mois aux services de l’administration parlementaire, pour un terrain réalisé début 2015.

C’est dans ce cadre qu’est née aussi l’hypothèse selon laquelle les évolutions actuelles de l’Assemblée pouvaient autant concerner la matérialité stricte du travail législatif que le réseau des activités qui le sous-tend. L’observation de l’usage de Twitter dans le cadre parlementaire m’a amené à élargir ma perspective pour m’intéresser non plus seulement aux outils et aux services utilisés à l’Assemblée, mais également aux logiques de division du travail et finalement le réseau des activités de la fabrique de la loi. C’est de cette manière que je me suis tourné vers un cadre théorique qui articule finement la question du travail et des relations de coopération, à savoir celui conçu et développé au sein de la Seconde École de Chicago par Anselm Strauss et de Howard Becker.

Le second événement qui a marqué ce processus de recherche a été la parution en 2015 de l’ouvrage de Delphine Gardey, Le linge du Palais Bourbon, dans lequel j’ai découvert le potentiel que réservaient les archives de l’administration parlementaire. Explorer à mon tour ces archives m’a permis de prendre conscience du temps long dans lequel les appareillages techniques se façonnent et se transforment, même dans le cadre d’une seule et unique institution. C’est ce qui m’a amené à relativiser l’idée de « révolution numérique » promue par les différents présidents de l’Assemblée depuis la moitié des années 1990, et celle d’ « Assemblée du 21e siècle » désirée par le président Bartolone.

J’y ai compris aussi qu’une large partie du fonctionnement de l’Assemblée, et donc de ses enjeux, échappent à la perception des élus et de leurs collaborateurs. Ces archives parlementaires sont ainsi venues compléter le travail d’enquête que je menais dans le même temps au sein des services de l’administration parlementaire. Elles m’ont conduit à m’intéresser davantage encore aux dimensions de la vie parlementaire les moins visibles.

L’infrastructure du politique

Mon enquête a trouvé de la sorte des bases solides et c’est dans cette zone grise, en deçà de l’immédiatement perceptible, que j’ai progressivement constitué cet objet de recherche. Je ai nommé ce objet : « l’infrastructure du politique ». Mon regard s’est alors détaché du personnel politique de l’Assemblée exclusivement, pour adopter un point de vue plus général sur l’institution. Les parlementaires ont cessé d’être au centre de mes préoccupations et j’ai commencé à explorer les réseaux d’activités parlementaires puis à en envisager l’historicité. Dans cette recomposition générale, la question technique s’est alors manifesté comme le moyen principal par lequel les autorités de l’Assemblée s’emploient à maintenir ce monde parlementaire cohérent en même temps qu’à le fragmenter toujours plus.

Dans l’infrastructure parlementaire, les invisibilités sont diverses et de multiples ordres, si bien que nul à l’Assemblée n’a une vue complète de l’ensemble de la fabrique de la loi, ni les élus ni les fonctionnaires, et encore moins les autorités de l’Assemblée elle-même. Il est difficile en effet dans ce contexte de savoir qui soutient les activités de qui, tant les zones d’ombres qui entourent ces activités ne peuvent pas être situées de manière absolue mais sont toujours relatives à des positions occupées géographiquement et socialement. J’ai alors choisi de ne pas simplement voir l’infrastructure parlementaire comme le simple substrat matériel des activités politiques visibles. J’ai opté pour la définition relationnelle que Susan Star donne à ce concept, et me suis ainsi toujours demandé quelle était l’infrastructure des activités que j’observais, mais aussi de quelles autres activités celles-ci étaient dans le même temps elles-mêmes l’infrastructure.

Le plan de ma thèse est directement inspiré de ces considérations. Il m’est apparu absolument nécessaire de multiplier les angles de vue sur cette infrastructure, pour traduire cette tension entre son caractère fragmenté et son caractère intégré. Comment sinon décrire cette infrastructure plurielle d’un seul et unique point de vue ? Cela m’aurait imposé soit de me restreindre à une seule partie de l’infrastructure parlementaire, soit d’en décrire l’ensemble mais depuis une posture surplombante. La première option − l’étude partielle − ne m’aurait pas permis de traduire la pluralité, la diversité et finalement le caractère peu hiérarchisé du fait infrastructurel à l’Assemblée, ce qui me semble pourtant le caractériser. La seconde option − la posture surplombante − me semblait difficilement tenable sur le plan épistémologique, car n’aurait pas permis de rendre-compte du caractère situé des réalités infrastructurelles à l’Assemblée, et aurait empêché toutes descriptions fines des logiques en jeu.

J’ai choisi alors de décliner cinq études de cas en autant de chapitres. Comment ai-je procédé pour sélectionner celles-ci ? J’ai d’abord choisi de limiter mon intérêt aux protagonistes autour desquels du monde parlementaire est construit, c’est-à-dire les équipes parlementaires, les citoyens et les personnels de l’administration, à l’exclusion donc des journalistes, des représentants de groupes d’intérêt, du personnel politique et administratif du Gouvernement, etc. J’ai ensuite opté pour des études de cas où les relations de coopération entre ces trois catégories de protagonistes apparaissait avec le plus d’évidence.

J’ai articulé ensuite ces études de cas de manière à proposer un itinéraire au sein même de l’infrastructure de l’Assemblée, ou comme dirait Bruno Latour de manière à « suivre l’objet », en partant des considérations les plus prosaïques − la circulation dans le Palais − pour terminer avec les aspects les moins évidents à interroger − la fabrication de l’identité institutionnelle. Je consacre ainsi les deux premiers chapitres aux manières dont certaines activités visent d’un côté à cloisonner l’espace parlementaire − entre les murs du Palais − et d’un autre côté à l’unifier en un tout − à l’échelle du territoire national. Dans les chapitres trois et quatre je m’attache à montrer comment d’un côté le travail législatif tend à être fragmenté pour gagner en efficacité − du fait de la centralité nouvelle du Service des systèmes d’information − et d’un autre côté comment le travail législatif fait l’objet d’une coopération étroite pour accomplir certaines des missions les plus importante − produire le consentement en séance publique. Le cinquième chapitre lui est l’occasion de présenter comment l’Assemblée s’emploie à créer de la cohérence dans ce monde parlementaire en rapprochant de son centre la catégorie de protagoniste qui en est la plus éloignée − le public citoyen.

Deux chapitres supplémentaires auraient pu trouver leur place dans ce plan, qu’il s’agira peut-être de rédiger plus tard, à l’occasion d’une publication par exemple. Je pense d’abord à la manière dont l’Assemblée utilise les technologies de l’information non pas pour organiser le monde parlementaire, mais pour l’articuler aux autres institutions, au Sénat, au Journal officiel, au Conseil constitutionnel et aux services du Premier ministre, en développant des systèmes d’information spécifiques. Je pense ensuite, bien sûr, à l’appropriation de Twitter par à peu près toutes les catégories de protagonistes du monde parlementaire que j’ai évoqué plus tôt, et qui a conduit à un désenclavement de leurs relations mutuelles et in fine à une recomposition du monde parlementaire, en déplaçant certaines frontières.

Limites et résultats

Cette recherche trouve ainsi deux limites principales :

  1. J’ai dû d’abord renoncer à m’intéresser à l’infrastructure d’autres parlements du monde, et même simplement à ceux voisins pourtant bien documentés, comme la Chambre des communes, le Bundestag ou le Parlement européen. Je ne suis donc pas en mesure à ce stade d’évaluer l’originalité des phénomènes que j’ai observés. C’est une limite que j’ai pourtant choisi d’assumer, temporairement tout au moins, et de remettre à plus tard ce chantier comparatiste que je pressens conséquent. Je reste d’abord prudent sur la pertinence du concept de monde parlementaire au-delà du contexte français, que je suppose mais qu’il me reste à démontrer. Puis, en admettant que j’y parvienne, je ne pense pas qu’il soit simple de se saisir des usages techniques ou des phénomènes infrastructurels observés ailleurs sans étudier de manière approfondie le système socio-technique dans lequel ils trouvent leur sens. Je crois ici en effet élevé le risque de sur-interprétation.
  2. La seconde limite tient au fait que rattacher des phénomènes aussi différents que la gestion des circulations, une application en ligne, une politique de communication institutionnelle m’a conduit à explorer une grande variété d’univers bibliographiques, parfois bien éloignés de ma formation initiale. Je pense en effet que la question infrastructurelle doit être abordée sous un angle pluridisciplinaire, et qu’elle constitue un objet concernant lequel cette démarche trouve une certaine évidence. Je n’ai en conséquence pas pu approfondir certains débats spécifiques autant que je l’aurais aimé. Plutôt que d’assurer une complétude bibliographique, j’ai ici choisi de tirer parti du dialogue entre différents champs disciplinaires.

Même si je conçois cette thèse comme la première étape d’une entreprise de plus grande envergure, je peux déjà faire état de premiers résultats. Je vois trois apports principaux à cette recherche :

  1. Tout d’abord, je suis à ce jour en mesure de formuler une réponse à la question initiale de cette thèse, qui en a constitué le fil conducteur de 2007 à aujourd’hui : que penser de la dite « transition numérique » de l’Assemblée ? Il me paraît clair à ce stade que le fonctionnement de cette institution est aujourd’hui largement adossé aux technologies de communications qui ont émergé au cours de la seconde moitié du XXe siècle, et que l’Assemblée a toujours montré sur ce plan une démarche proactive. Ce souci de transformation est indissociable du souci de toujours mieux assurer son assise dans un régime politique où elle se situe en position de subordination vis-à-vis du pouvoir exécutif. Il est net de ce point de vue que l’Assemblée s’est saisie de la question infrastructurelle comme un levier à sa disposition pour façonner son identité et défendre sa souveraineté.
    D’un autre côté, si l’Assemblée d’aujourd’hui n’est plus la même que l’Assemblée d’autrefois et si elle a su s’adapter à une société française elle-même en mouvement, il semble très nettement abusif de qualifier cette transformation de « révolution numérique » tel que les autorités de l’Assemblée s’accordent à l’exprimer dans les exercices de communication institutionnelle. Ce serait trop vite oublier que les outils de communication modernes ont déjà une longue histoire au Palais Bourbon. À la limite, si révolution il y a eu, alors il serait de mon point de vue plus juste de la situer à la fin du XIXe siècle, lors de l’installation des premières lignes de téléphone au Palais. À ce moment, en effet, les pratiques parlementaires ont été singulièrement transformées par la possibilité nouvelle de tenir des conversations à distance sans délai et sans opérateurs intermédiaires, entre les murs du palais comme vers la capitale et l’ensemble du territoire national. Plus largement, en différentes proportions selon les époques et pour des raisons variables, l’Assemblée n’a jamais cessé d’être en mouvement. Le fait est que l’adaptation est réellement une tradition parlementaire.
  2. Cette recherche offre ensuite un certain nombre d’outils pour formuler un discours sur les activités et le fonctionnement de ce champ de la vie sociale qui soit non seulement distinct du discours institutionnel en vigueur mais qui permette aussi de mettre ce dernier en perspective. Parmi ces outils, le concept de « monde parlementaire » occupe une bonne place, directement issu du projet de désessentialiser l’État au centre de la démarche de l’anthropologie politique. Le concept d’ « infrastructure du politique » me paraît plus central plus encore, en ce qu’il invite à rendre-compte et à interroger une dimension méconnue de la vie politique nationale qui bénéficie pourtant d’un régime d’évidence chez les citoyens comme chez le personnel politique de l’Assemblée.
    Cette démarche critique a permis par exemple d’interroger les catégories culturelles en vigueur dans cet univers. J’ai montré par exemple en quoi le terme de « député » comportait un flou dans son usage vernaculaire, désignant indistinctement les élus et les équipes parlementaires, et participait de fait à façonner l’idée d’une représentation parlementaire prise en charge par la figure d’un individu hors-norme alors que dans les faits elle est plutôt réalisée par des collectifs. Cette démarche confère ainsi une importance centrale à la description et à l’analyse de la participation des petites mains que sont les collaborateurs et les personnels de l’administration à la fabrique de la loi.
  3. Cette recherche, enfin, ouvre des perspectives susceptibles de nourrir l’étude de phénomènes classiques en science politique comme la représentation parlementaire, la participation citoyenne ou l’antiparlementarisme. Elle propose en effet un cadre analytique original dans lequel la représentation parlementaire apparaît à son fondement être une relation d’exclusion autant qu’une relation d’intégration, dans des modalités que l’institution s’attache elle-même à préserver sur le temps long. Sous cet angle, le faible succès des initiatives de démocratie participatives à l’Assemblée portées par la société civile et pourtant parfois soutenues par des élus de l’Assemblée − telles que les tentatives de co-construction de la loi ou les jury citoyens pour l’IRFM − trouvent des pistes d’explications. Sous cet angle également, les velléités de différents protagonistes citoyens à vouloir user des technologies de communication récente pour transformer la vie politique française trouvent également un sens. Les outils de communication, offrant de déplacer les frontières du visible et de l’invisible, donnent en effet les moyens d’agir sur l’infrastructure du politique, et ce faisant le modèle démocratique en vigueur.

Je vous remercie de votre attention, et je serais heureux à présent de répondre à vos questions.

Jonathan Chibois

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.