[article] Prévenir et contenir la panne du vote électronique à l’Assemblée

Avertissement : le lecteur vidéo intégré de MediHal (plateforme sur laquelle les deux vidéos associées à l’article sont déposées) est actuellement en panne. Par conséquent, ces deux vidéos ont été temporairement déposées sur un espace de stockage Google Drive et associées à l’article sous la forme d’un lien hypertexte, afin qu’elles puissent être accessibles malgré tout. Pour y accéder, il faudra donc ouvrir ces liens dans une nouvelle fenêtre.

 

Au mois de décembre dernier, en guise de cadeau de Noël, le numéro 72 de la Techniques & Culture a été publié. Il est consacré au thème de la panne, du dysfonctionnement, du bug. Dans cette livraison, pour qui s’intéresse aux conditions de possibilité de la modernité, les articles passionnants sont légions. Je suis très fier d’y contribuer !

Dans un article intitulé « Le vote électronique à l’Assemblée. Prévenir et contenir la panne en République », j’analyse les sérieux problèmes que les ratés de la machine de vote électronique de l’hémicycle a posé à l’Assemblée nationale à la fin des années 1990 : résultats suffisamment erronés pour renverser l’issue d’un vote, opinions non-prises en comptes, etc. Sur la base de nombreux entretiens et de l’analyse d’extraits vidéos des débats (fournis avec l’article !), j’y analyse la place croissante que cette machine, dont la première version date de 1959, a pris dans la fabrique de la loi et in fine dans la vie politique française. J’y explique ensuite l’ensemble des dispositions aujourd’hui prises pour empêcher que ce type de situation ne survienne à nouveau, dont il ressort que c’est l’humain, au travers du travail de petites mains, qui pallie le manque de confiance intrinsèque que l’organisation a dans sa machine. Il apparaît en somme que cette machine de vote trouve aujourd’hui sa fiabilité du fait que ce n’est justement pas seulement une machine.

Il m’importait ici de montrer quels sont les modes d’existence, en situation et hors des discours normatifs sur la technique, dans d’un dispositif si central dans la conduite nationale des affaires de l’État qu’on ne peut tolérer qu’il puisse faillir. Nous sommes ainsi bien loin d’une idéologie (dominante dans le secteur siliconvallien des nouvelles technologies) où la machine viendrait par sa perfection supplanter l’approximation et l’imperfection de la condition humaine. Je trouve par ailleurs fascinant que cette quête de fiabilité absolue soit assurée par des personnels que l’on dissimule afin de préserver le mythe technologie. Conceptuellement, nous ne sommes guère loin de la figure du turc mécanique, où la machine enferme un humain qui en actionne les rouages tel un maître marionnette.

Mais il m’importait également de travailler sur les temps de désordres parlementaires, quand les fondements de ce monde se fissurent et se craquèlent. La réaction des élus dans l’hémicycle, comme celle du président de séance, sont sur ce point savoureuses étonnantes : les premiers commencent par s’accuser mutuellement de machination, quand le second (conseillé par un haut-fonctionnaires de l’administration) défend bec et ongles la procédure. La machine, elle, bénéficie longtemps d’une présomption d’innocence en dépit de ses errements manifestes.

Voici le résumé de l’article :

Le système de vote électronique utilisé par les parlementaires de l’Assemblée nationale fait aujourd’hui l’objet d’une attention minutieuse, attendu qu’il ne doit faillir sous aucun prétexte. Pourtant le règlement de l’institution dispose de modalités de vote applicables en cas de dysfonctionnement. Dans cet article, je m’interroge sur les deux faits présentés ci-dessus, antinomiques en apparence. Pourquoi cette quête impérative de fiabilité s’il existe une manière alternative de voter ? Inversement, pourquoi cette disposition réglementaire si ce système ne peut défaillir ? Je commence par retracer succinctement l’histoire de la « machine de vote » installée dans l’hémicycle du Palais Bourbon depuis 1959, pour en décrire ensuite l’infrastructure. Afin d’expliciter ensuite les risques redoutés, deux situations de pannes survenues en octobre 1997 sont présentées et analysées, faisant apparaître que les dysfonctionnements de la machine sont interprétés comme ceux du système politique lui-même, c’est-à-dire celui de la Ve République. Je détaille pour terminer les stratégies engagées par l’administration parlementaire pour atteindre cet objectif de haute fiabilité, en montrant que cette machine de vote satisfait aux attentes dont elle fait l’objet grâce à des activités humaines invisibles étroitement intriquées avec son fonctionnement. Dans l’ensemble, cet article aborde à la fois les représentations culturelles entourant un dispositif technique lorsque le fonctionnement de l’appareil d’État repose sur lui, et les conditions de possibilité de cette fiabilité technique.

Et en voici le lien :

Accéder à l’article (cerise sur le gâteau, il est en accès libre immédiat)

Bonne lecture (et n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires) !

 

Crédits : les gifs ci-dessus ont été créés à partir d’extraits des débats parlementaires du 29 octobre 1997 (Archives vidéos de l’Assemblée nationale).


1 réponse

  1. 25 mai 2020

    […] (plus exactement depuis l’inauguration du premier système électromécanique de vote en 1959 qui a inauguré un tournant sur ce plan). Il est très probable même que la présidence ait, à un moment au moins ces dernières […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.