Coronavirus à l’Assemblée (1/3). Le microcosme microbien du Palais Bourbon

Une huissière désinfecte un micro de la salle des séances (source : l. Marin/Pool/Sipa)

Alors que la France comprenait qu’elle ne pourrait pas échapper si facilement à l’épidémie de COVID-19, le journal Le Monde a consacré au début du printemps 2020 deux articles à l’avancée de la contamination au Palais Bourbon. Le premier, publié le 9 mars, constatait que les députés n’étaient pas à l’abri et rendait brièvement compte des décisions prises par chacun se pour protéger soi et les autres, mais aussi surtout de la perplexité générale sur la conduite à tenir. Le second article, daté du 21 mars, faisait le récit de la manière dont l’Assemblée a progressivement réalisé qu’elle était un de ses quelques “clusters” nationaux en ce début d’épidémie, c’est-à-dire ces zones de circulation actives du virus qui ailleurs ont été mis sous quarantaine.

Dans ces articles, les raisons et les enjeux de cette situation ne sont que très rapidement évoqués, je voudrais y revenir pour les expliciter plus formellement. Ce sont en effet des enjeux qui concernent très directement l’infrastructure du monde parlementaire ou, autrement dit, les conditions d’existence matérielles de l’idéal de la représentation nationale. Que l’Assemblée ait été un cluster de l’épidémie n’a pas été le fruit du hasard ou d’une négligence, c’était en réalité inévitable. Cela tient très directement à la manière dont l’Assemblée fonctionne aujourd’hui, et cela depuis au moins un siècle et demi.

Pour comprendre ce dont il est question ici, il faut distinguer et démêler deux dimensions du problème. Le premier, sur lequel je m’arrête dans ce billet-ci, est le fait que le Palais Bourbon est un lieu propice au développement d’un microcosme microbien. Le second point, que je traiterai dans le billet suivant, est le fait que la mise en œuvre du principe représentation parlementaire offre au virus une autoroute prodigieuse pour sa propagation sur le territoire national. Dans un troisième billet, j’essayerai de discuter des effets conjugués de ces deux réalités.

La promiscuité et l’hygiène au Palais Bourbon

Pour commencer, il faut souligner que la question de la promiscuité au Palais Bourbon n’est pas un mythe et que gérer les conditions d’hygiène d’une telle institution n’est pas une mince affaire. Dans un des articles cités, un parlementaire anonyme remarque que le palais est « une ville dans la ville, où 4 000 personnes vivent en vase clos » (article du 9 mars). Il faudrait ajouter que c’est en plus un territoire de petite taille rapporté à sa population. À l’écart des beaux et vastes salons, des jardins et de la galeries des fêtes, il n’y a guère de bureaux de fonctionnaires ou de parlementaires qui ne soient pas partagés par au moins deux ou trois individus (et souvent bien plus dans les espaces de l’administration). La faute, s’il en est une, incombe essentiellement à un lieu historique qui n’a pas été conçu pour accueillir le nombre de personnes nécessaires au fonctionnement d’une assemblée parlementaire moderne. Ceci fait qu’en dépit des multiples modernisations et agrandissements effectués ces cinquante dernières années, le Palais Bourbon demeure un lieu où l’espace disponible est rare.

Cela dit, la promiscuité dans ce lieu tient aussi à un certain nombre d’habitudes et de règles de fonctionnement, pour ne pas dire de rites, de la vie parlementaire. La légendaire buvette des parlementaires, tout d’abord, que les observateurs de la vie politique aiment considérer comme un haut lieu de complots, est surtout un espace de convivialité et de camaraderie qui n’est pas non plus bien vaste et dans lequel on est rarement seul. Un autre haut lieu de la vie politique où le contact tactile est la norme, où l’on se presse, on se serre et où l’on joue des coudes, est cet espace réservé aux rencontres entre les députés et les journalistes à la sortie de l’hémicycle : la célèbre salle des quatre colonnes (j’ai développé ici le sujet de manière détaillée). Il faut aussi évoquer le contexte supplémentaire qu’est la campagne électorale, qui fait que tous les moments et tous les lieux fréquentés par les députés sont propices à l’échange de poignées de mains, de bises et d’embrassades, aussi bien  pour sceller de nouvelles alliances et pour se souhaiter bon courage.

Enfin et surtout, la promiscuité au Palais Bourbon est celle qui a pour cadre les séances de travail collectives, ces moments qui poussent justement les parlementaires chaque semaine hors de leur circonscription vers l’Assemblée. La députée Elsa Faucillon rapporte très bien que « Les salles ne sont pas aérées, on est collés les uns aux autres et on se partage les micros. » (article du 21 mars). Ceci est particulièrement vrai pour les salles de commissions, situées au sous-sol donc sans fenêtres (mais pas sans ventilation), et relativement étroites au vu du nombre d’élus susceptibles d’y siéger. Mais c’est également le cas de l’hémicycle où les parlementaires ne possèdent pas d’espace de travail personnel (comme c’est le cas dans la plupart des autres hémicycles actuels) bien mais partagent des bancs, desquels ils se lèvent à chaque intervention pour rejoindre un micro collectif en bout de rangée.

L’histoire sanitaire de la salle des séances

Le fait est que l’histoire de la question sanitaire est déjà longue dans le cas de l’hémicycle, ce qui la rend particulièrement intéressante. Ce sujet, qui resurgit aujourd’hui dans le contexte de la pandémie mondiale de COVID-19, est bien connu par l’administration parlementaire et est certainement pris très au sérieux par celle-ci. Il fait écho à de longs débats qui remontent à la fin du 19e siècle, qui se sont prolongés tout au long de la IIIe République et qui ont été le prétexte à de nombreux projets de reconstruction de l’hémicycle, jugé inadapté et peu fonctionnel semble-t-il depuis toujours.

Le fil de cette histoire est retracé par Delphine Gardey qui y consacre un long passage dans son livre Le linge du Palais Bourbon (que je présente ici) paru en 2015. En voici quelques extraits (p. 79 et suiv., je souligne)  :

Les choses restent en l’état jusqu’à l’acquisition du palais par la Chambre en 1827, qui permet d’envisager des travaux plus importants. Outre la structure de l’édifice, on dénonce […] les faibles qualités accoustiques de la salle et la difficulté d’y tenir des séances en été. Les seules et rares ouvertures situées en contrebas de la salle ne permettent pas de renouveler l’air, et la questure doit faire pratiquer « de fréquent arrosages de vinaigre » pour l’assainir.  […] Les travaux de rénovation commencent en décembre 1828, ce qui oblige les députés à siéger dans une salle provisoire installée dans le jardin des quatre colonnes. L’inauguration de la salle définitive [en 1832] n’empêche pas cependant que des députés se plaignent dès 1833 de l’« odeur » de la Chambre. Une odeur jugée « indigne » liée au fait que la salle se remplit de vapeurs nuisibles qui proviennent du système de chauffage par charbon de terre, ce qui fait craindre des dangers graves pour la santé. La question de la ventilation de la salle des séances semble l’une des plus anciennes et des plus récurrentes à long terme.

Les plaintes des députés sont généralement appuyées par l’expertise scientifique et technique de certains de leurs « honorables collègues ». […] À intervalle régulier cependant, le caractère mortifère de la salle des séances justifie la mobilisation de beaux et grand esprits. Enjeu de savoirs, lieu d’expérimentation, l’hémicycle se transforme en laboratoire. Une sorte d’épidémiologie spontanée se met en place à partir de 1850, qui inaugure les concepts de « mortalité de la salle » ou de « surmortalité parlementaire ». […] Les tentatives de chiffrage se font plus précises sous la IIIe République avec la contribution du député et questeur Camille Margaine, qui rapporte en faveur de la construction d’une nouvelle salle en 1887. Ce dernier propose des statistiques rétrospectives sur la mortalité des députés depuis 1860. Pour ce faire, il construit un indice qui prend en considération l’écart relatif entre le nombre de députés, le nombre de décès de parlementaires et le nombre de places réservées au public. La conclusion est simple : le lien entre le caractère insalubre de la Chambre et la mortalité parlementaire est établi, ce qui milite en faveur de la construction d’une nouvelle salle. En 1901, Édouard Lachaud, médecin et député, membre de la commission d’hygiène publique, établit à son tour un lien direct entre la surmortalité des députés et les conditions d’hygiène de la salle spécifiant que sur vingt-quatre décès constatés parmi les députés en trois ans, dix sont dus à une « pneumonie infectieuse ».

L’étiologie parlementaire est donc écrite. Elle se confond avec l’insalubrité de l’hémicycle et appelle la mobilisation de moyens spécifiques tant du point de vue de diagnostic que curatif. Elle conduit à une série d’examens scientifiques de la qualité de l’air et du milieu microbien parlementaire, et se traduit par des propositions architecturales, techniques et médicales. L’inventivité se déploie sur de multiples fronts : d’un côté, ceux (députés et architectes) qui rêvent à plusieurs reprises de bâtir une assemblée et une salle des séances idéales du point de vue de la fonctionnalité, de la rationalité et de l’hygiène ; de l’autre (députés, scientifiques et ingénieurs), ceux qui s’emploient à améliorer l’existant. […]

On le voit, la recherche d’air est sans fin. Le cloaque parlementaire semble indépassable. Le sentiment d’asphyxie est tel qu’il semble justifier toutes les démarches et toutes les expériences. […] Au début du XXe siècle, les investigations prennent une tournure plus « bactériologique » et les solutions proposées une tournure plus « médicale » avec, notamment, la mise en place de procédures de désinfection. Les questeurs mettent en place une série de prescriptions hygiéniques, en 1903, qui visent, par exemple, la désinfection régulière au formol des salles d’air qui servent la ventilation de l’hémicycle. La désinfection prend un caractère plus systématique et définit une mission forte et importante du service médical. […]

Quelles que soient les prises en charges médicales ou techniques de l’hygiène de l’hémicycle, elles ne parviennent pas à réduire une difficulté qui prend la forme d’une pathologie durable. […] Car c’est aussi, et bien sûr, de l’exiguïté de la salle au regard du nombre de ses occupants dont il est question, et finalement du fait que l’air qu’on y respire « se brasse dans son parcours avec les gaz ascendants formés de tous les miasmes issus de la salle ». S’il « arrive aux poumons contaminés », c’est bien que l’air doit être partagé. L’idéal de la délibération et de la publicité oblige les députés à une cohabitation répétée qui échappe et résiste à une possible régulation en terme d’hygiène et de santé publique.

Un défi hygiénique qui demeure

En résumé, il faut voir que tout au long du 19e et du début du 20e siècle le problème de la salubrité dans l’hémicycle a été tel que ce dernier a été un véritable laboratoire d’expérimentation pour la recherche sanitaire et hygiénique en France. Nous ne connaissons pas les prolongements les plus récents de cette histoire mais tout porte à penser qu’une solution satisfaisante a dû être progressivement trouvée (à base de ventilation mécanique, très certainement) puisque l’hémicycle n’a jamais été reconstruit. Le fait que le bâtiment ait finalement survécu tel quel jusqu’à nous signifie donc que sur ce plan de la promiscuité les députés d’aujourd’hui siègent dans des conditions exactement semblables à celles de leurs lointains prédécesseurs.

Qu’en est-il plus largement à l’échelle de tout le Palais Bourbon ? Jusqu’aux années 1970, les parlementaires ne disposaient pas de bureau personnel, devaient partager des vestiaires communs (en binôme si mes souvenirs d’archives sont bons) et s’entassaient pour travailler dans la salle des conférences, et même dans l’hémicycle quand il n’y avait pas séance. La promiscuité entre parlementaires était bien sûr plus grande autrefois en comparaison avec aujourd’hui où chacun dispose au Palais de son bureau personnel, où il peut travailler et se reposer. Cela dit, les députés ne sont pas seuls dans ce bureau puisqu’ils le partagent avec un ou deux collaborateurs,  et il faut voir qu’ils sont aussi globalement beaucoup plus présents au Palais qu’ils ne l’étaient auparavant, quand la session parlementaire ne durait que quelques mois et que n’existaient ni le TGV ni l’avion. D’ailleurs, les fonctionnaires également étaient bien moins nombreux, de même que les visites guidées du Palais n’existaient pas (en tout cas pas à l’échelle quasi-industrielle que l’on connaît depuis le début des années 2000). Tout bien pesé, si la prise en charge hygiénique et sanitaire est bien meilleure aujourd’hui, du fait de l’évolution des connaissances scientifiques et techniques, l’accroissement de la population du Palais fait que le défi lui demeure.

Avant de prolonger cette réflexion, abordons l’autre facette du problème : la propagation du virus entre Paris et les 577 circonscriptions.


1 réponse

  1. 24 juin 2020

    […] dans le cadre d’une institution parlementaire. Je me suis arrêté dans un premier billet sur la problématique hygiénique relative à la forte promiscuité qui règne ordinairement au Palais B…. Mais cette pandémie met également en lumière une autre propriété de l’infrastructure du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search