Coronavirus à l’Assemblée (2/3). Véhiculer le virus sur le territoire national

Audition en visioconférence du Ministre de l’Éducation nationale par la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale, le 21 avril 2020.
(source : @Daniele_herin)

La question épidémique trouve des enjeux bien particuliers dans le cadre d’une institution parlementaire. Je me suis arrêté dans un premier billet sur la problématique hygiénique relative à la forte promiscuité qui règne ordinairement au Palais Bourbon. Mais cette pandémie met également en lumière une autre propriété de l’infrastructure du monde parlementaire : la vie nomade des députés.

Virus et réseaux de communication

Pour commencer, rappelons brièvement deux faits. Premièrement, la transmission du virus est très directement dépendante des circuits de communications et d’informations qui sont déployés aux échelles locales, nationales et globales. Sur ce point, on peut se référer à différentes notes et études mettant en évidence cette relation de dépendance. On peut voir par exemple cette explication ou celle-ci, cette visualisation du Guardian ou celle-ci avec des données de Facebook. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’instauration de la fameuse « distance sociale » et des gestes barrières : créer des discontinuités dans nos réseaux de relations. L’enseignement de ce phénomène est le suivant : tous les environnements de la vie sociale où se déploient une intense activité inter-relationnelle sont des lieux où une importante vigilance doit être de mise si l’on désire contenir une pandémie.

Deuxièmement, les allers-retours qu’effectuent les parlementaires chaque semaine, entre leur circonscription et Paris, est primordiale dans l’exercice de la représentation nationale. On peut d’ailleurs considérer que, dans l’ensemble, les parlementaires sont ni plus ni moins que des boîtes aux lettres, au sens où leur fonction première est précisément de faire le relais – physique − entre leurs concitoyens et le centre de pouvoir que constitue le Palais Bourbon. Ce rôle concerne aussi bien les missions de législateur et de contrôle du gouvernement, c’est-à-dire qu’elle est visible dans les différentes activités que réalisent les députés, en commission, en mission ou même durant les séances de question au gouvernement.

Articuler ces deux faits conduit directement à prendre la mesure d’un problème : la représentation nationale française, dans sa manière où elle fonctionne, constitue théoriquement une infrastructure très propice à la propagation du virus au sein de la société française.

La propagation du virus par la voie parlementaire

Dans un article du Monde (du 9 mars dernier) un parlementaire explique très justement que le Palais Bourbon est touché car « [il] est sans doute un des rares endroits qui rassemble des gens qui viennent de partout dans le pays ». À l’échelle de l’ensemble de la représentation nationale, ce phénomène est redoutable : les 577 députés sont 577 occasions pour le virus de se propager et, par extension, les 577 permanences en circonscription sont susceptibles de devenir 577 de foyers de contamination. Sur ce plan, les territoires sont malheureusement à égalité : les plus excentrés d’entre eux ne sont pas préservés de cette menace. De la même manière que les territoires sont (plus ou moins) égaux face à la représentation parlementaire de leurs intérêts, ils sont égaux face à la transmission du virus par la représentation parlementaire.

Cette propagation n’est d’ailleurs pas seulement géographique. Les députés ne sont pas seulement les représentants des territoires mais également les représentants des différentes professions, des différents milieux économiques, des différents milieux partisans. L’Assemblée (avec le Sénat) est un des rares lieux où l’ensemble des mondes sociaux de la société française est amené à se croiser. Les députés sont en effet des ponts qui enjambent les diversités et disparités de la société française : nombreux sont les mondes sociaux à n’être articulés aux autres que par leur intermédiaire (par exemple : le monde du spectacle vivant et le monde de la bourse, le monde agricole et le monde de la diplomatie internationale). C’est donc aussi par leur intermédiaire qu’un virus peut se propager rapidement d’un réseau de sociabilité à un autre, même si ceux-ci n’ont aucune connexion a priori.

Depuis la fin du 19e siècle, les autorités de l’Assemblée s’évertuent à rapprocher les citoyens du Palais Bourbon, en articulant toujours plus finement les missions parisiennes et locales des députés, ce qui s’est notamment traduit par une intensification notable de leurs allers-retours hebdomadaires. Ce faisant, le pouvoir législatif a dans le même temps (et malgré lui) offert aux virus des conditions favorables de propagation.

L’institution parlementaire face à des exigences contradictoires

Aujourd’hui, le Palais Bourbon a été un foyer de l’épidémie de COVID-19, les équipes parlementaires françaises ont donc été − à un moment donné au moins − un vecteur de sa propagation. Il est difficile d’imaginer que le personnel parlementaire en circonscription puisse avoir été à chaque fois épargné, il est par conséquence également vraisemblable que plusieurs permanences en circonscription ont été des foyers d’épidémie. Nous n’aurons certainement jamais aucune donnée précise à ce sujet, ce qui est dommage : ce serait pourtant une question passionnante à explorer sur le plan épidémiologique.

La politique du confinement généralisé de la population française a été d’une efficacité incontestable pour contenir cette propagation par voie parlementaire (ce qui ne signifie pas qu’aucune autre n’aurait été possible). Elle a eu comme effet la mise au ralenti quasi-immédiate de la machinerie parlementaire, et ce  sur tous les fronts (à Paris comme en circonscription et au Palais comme dans les différentes instances où ils exercent leurs missions) et par extension l’assèchement de toute la sociabilité parlementaire

Mais n’y a-t-il pas un paradoxe fondamental à ce que le Parlement doive cesser de fonctionner pour protéger la population nationale dans le contexte d’une pandémie ? N’y a-t-il pas ici une fragilité de l’appareil d’État ? Si le confinement général de la population a eu le mérite de dissoudre le problème, la question toutefois reste posée. J’essayerai pour ma part d’esquisser quelques réponses à ces questions dans le troisième billet de cette série.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search