Le corps du député face au virus

(For the English version of this post, see here).

Jeudi dernier, j’ai eu le plaisir de présenter mes réflexions sur la représentation parlementaire en contexte pandémique − qui a fait l’objet de mes derniers billets sur ce carnet − à l’occasion de la conférence annuelle 2020 du Groupe canadien d’étude des parlements.

Cet évènement était entièrement en ligne, sous format différent de ce que j’avais pu expérimenter jusque-là. La vidéo de nos présentations avaient été mises en ligne deux jours avant la conférence proprement dite, libre à chacun de trouver le temps d’en prendre connaissance. Le jour venu, chaque participant était invité à présenter sa contribution en 2 minutes max, afin de consacrer le reste du panel aux questions et à la discussion collective. J’ai trouvé ce format très pertinent pour éviter des échanges (toujours trop) ciblé sur telle ou telle contribution, et mettre plutôt l’accent sur ce qui les rassemble.

Le panel où j’intervenais pour ma part s’intitulait « Le Parlement en temps exceptionnel ». Nous y avons débattu sur le thème de la transformation de l’institution parlementaire, sur le rôle que jouent les scandales comme des crises et le poids du pouvoir exécutif dans ce processus, de même que sur le thème de l’adéquation des modalités ordinaires de fonctionnement des parlements face aux crises pandémiques.

En guise d’avant-goût, voici le pitch que j’ai prononcé :

J’explique dans ce travail pourquoi la menace pandémique pose un problème structurel, et même infrastructurel, à l’Assemblée nationale française. Mon raisonnement par du constat que le monde parlementaire est à la fois plus vulnérable qu’un autre sur le plan de la contamination, mais constitue aussi un vecteur de contamination privilégié du virus à l’échelle du territoire national. Ceci fait qu’il serait raisonnable pour l’Assemblée de tout faire pour maintenir les députés au plus loin du Palais Bourbon en temps de pandémie, en s’appuyant par exemple sur les outils de communication modernes, ce que l’Assemblée ne fait pas. Ce paradoxe s’explique en raison du rapport particulier au corps des élus dans la vie parlementaire, qui est central, si bien que sans députés en chair et en os dans le Palais Bourbon, le pouvoir législatif serait significativement affaibli. Après avoir posé le problème, j’essaye d’imaginer une solution – hybride – qui pourrait permettre de concilier l’exigence contradictoire de la mise en retrait du corps du député et celle de sa présence effective au Palais.

Ma présentation est disponible sur HAL, en français et en anglais, à cette adresse : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02975248.

Merci au GCEP pour l’organisation de ce bel évènement. Merci au bureau des traductions de l’État Canadien pour la traduction.

Bonne lecture !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search