Le projet PLACES

Ces quinze derniers mois, j’ai été pris sur un autre projet au sujet bien différent de celui de ce carnet. Je n’ai pas voulu en parler ici dans la mesure où le sujet n’était pas directement lié à mes préoccupations pour les infrastructures parlementaires. Finalement, maintenant qu’il se termine, je me dis que c’était peut-être une erreur. Nombre de réflexions auraient en fait très bien pu vous intéresser ici.

Il s’agit du projet PLACES porté par OpenEdition Center et financé par le Ministère de la culture. Il avait pour enjeu d’expérimenter les recherches collaboratives entre chercheurs en SHS et journalistes, dès l’enquête de terrain et dans le cadre de trois projets-pilotes. J’y ai été associé avec ma collègue Alexandra Caria, tout d’abord pour observer dans les faits la réalisation de ces collaborations, et en identifier les atouts, les obstacles et les dynamiques. Ensuite, il m’a été demandé de formuler des recommandations en vue de la création d’une plateforme numérique destinée à soutenir à l’avenir ce type de collaboration.

L’articulation du travail en contexte interprofessionnel

Quel lien avec mes préoccupations initiales ? La connexion s’est effectuée par le concept d’infrastructure. Dans ma thèse, j’avais consacré un chapitre entier à expliquer en quoi l’enjeu central de l’infrastructure de l’Assemblée nationale est de parvenir à joindre les activités professionnelles de catégories  d’acteurs sociaux bien segmentées : les députés et leurs collaborateurs, les différentes catégories de fonctionnaires de l’administration, voire les journalistes, etc. C’était d’ailleurs le défi principal de sa modernisation informatique depuis les années 2000 : optimiser ces connexions interprofessionnelles pour fluidifier le processus parlementaire, et ainsi d’accélérer le travail législatif.

Dans le projet PLACES, je me suis penché à nouveau sur cette question de l’articulation entre des mondes professionnels distincts dans le cadre d’activités transversales. Je me suis pareillement interrogé sur ce que ces connexions interprofessionnelles avaient à gagner d’être soutenues par des outils numériques. Plus largement, ce projet tiers m’a permis d’approfondir ma réflexion sur les conditions socio-techniques nécessaires aux acteurs sociaux pour travailler de concert, dans la droite ligne des recherches portées depuis la fin des années 1990 sur la question du Computer-supported cooperative work (CSCW).

Publication du rapport

En tous les cas, le rapport final de ce projet, co-écrit avec Alexandra et intitulé “Journalistes et chercheur.e.s mènent l’enquête : Étude de trois collaborations interprofessionnelles” est maintenant librement disponible en ligne. Je vous invite chaleureusement à le lire et à le faire circuler autour de vous.

Si vous avez moins de temps, vous pourriez aussi jeter un œil aux différents billets que nous avons publiés sur le carnet de PLACES, dans lesquels vous trouverez de nombreuses réflexions sur la science citoyenne, le cadre RGPD, le travail d’articulation propre aux collaborations interprofessionnelles, les recommandations fonctionnelles pour une plateforme dédiée, etc.

Bonne lecture !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search