[article] L’identité numérique de l’ethnographe

« Facebook: Self-constructed digital identity and academic performance » (source)

Dans son dernier numéro, la revue Terminal  consacre un dossier thématique sur le thème « Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne ». J’ai le plaisir d’y contribuer avec un article intitulé : L’identité numérique de l’ethnographe. Analyse réflexive et stratégies d’enquête dans les terrains multiplexes.

Orienté méthodologie, cet article devrait intéresser celles et ceux qui s’interrogent sur les manières possibles de faire des enquêtes de terrain en s’appuyant sur les outils numériques. Il prend pour étude de cas mon enquête au sein de l’Assemblée nationale, un contexte qui pose aux ethnographes des enjeux relationnels spécifiques et déroutants.

Sur la notion d’identité numérique

Au centre de mon propos, il y a la notion d’identité numérique, c’est-à-dire tous ces contenus que l’on éparpille sur internet plus ou moins volontairement, qui sont archivés, quantifiés, visibilisés par les différentes plateformes du web. Les ethnographes ne sont pas différents sur ce plan, dans le cadre de leurs activités personnelles ou professionnelles ils laissent eux-mêmes de nombreuses traces en ligne. Or, ces traces sont visibles par tout un chacun, et notamment par les personnes qu’ils sont voués à rencontrer sur le terrain. Ces derniers n’ont alors aucune raison de ne pas interroger les moteurs de recherche au sujet de ceux qui viennent les rencontrer et les interviewer afin de faire une opinion sur eux, et donc anticiper leurs interactions.

Si les traces que les ethnographes laissent en ligne peuvent façonner les relations d’enquêtes, alors elles façonnent aussi les données récoltées. C’est d’ailleurs vrai que leurs recherches portent ou non sur les questions numériques, se renseigner en ligne sur autrui étant devenu une pratique relativement commune.  En réaction, les ethnographes qui ont conscience de ces enjeux tendent le plus souvent à effacer au maximum leurs traces numériques, soit en limitant leur présence, soit en se dotant de pseudonymes, afin de faire disparaître leur présence visible sur internet.

Mais il arrive que cette stratégie prudente puisse desservir aussi l’enquête. C’est le cas par exemple d’un terrain où être invisible suscite de la méfiance si bien que posséder une vitrine de soi en ligne simplifie grandement les rencontres. Une autre stratégie est alors d’assumer pleinement cette présence visible sur internet, de chercher à maîtriser ce qu’elle donne à voir afin d’en tirer parti autant que possible.

Pour présenter cette réflexion, je m’appuie sur mon expérience de terrain à l’Assemblée nationale française entre 2007 et 2019, où il m’a fallu tisser des sociabilités en ligne avant de pouvoir accéder aux espaces du Palais Bourbon proprement dit. Durant cette enquête, j’ai été ainsi amené à analyser continuellement l’adéquation entre mes objectifs d’enquêtes et ce que je donnais à voir de moi en ligne. Petit à petit, j’ai appris à jouer de cette identité pour mettre en avant ponctuellement telle ou telle facette de mon projet, de façon à faciliter telle ou telle rencontre.

Sur la notion de terrain multiplexe

Plus largement, traiter de l’identité numérique des ethnographes me permet de soulever un paradoxe de méthodologie que tendent à rencontrer aujourd’hui les chercheurs travaillant sur des terrains d’enquêtes en ligne ou en partie (et à mon avis, de plus en plus fréquemment à l’avenir). D’un côté, nous sommes en effet tenus de ne pas tenir pour acquise la distinction de nature entre les espaces de sociabilité en ligne et hors ligne à l’instar du sens commun, la littérature scientifique ayant maintenant largement démontré combien l’un et l’autre n’étaient que des facettes différentes des sociabilités interpersonnelles. D’un autre côté cependant, il existe des terrains où cette distinction est profondément naturalisée, en raison d’enjeux politiques spécifiques et dans le cadre de représentations sociales liées, ce dont l’ethnographe doit malgré tout savoir rendre compte.

Comment faire alors pour à la fois ne pas prendre au sérieux cette distinction de nature (pour des raisons de positionnement scientifique) et ne la prendre dûment au sérieux (pour des raisons de méthodologie scientifique) ? Plus encore, comment se positionner sur un terrain où cette distinction en ligne/hors ligne fait l’objet d’une controverse permanente et donc d’enjeux de pouvoir ?

Je suggère ici comme solution de faire de cette frontière en ligne/hors ligne un objet d’étude à part entière, qu’il faudrait aborder toujours en contexte et de manière compréhensive. C’est ici que la notion de « multiplexité » est utile. Empruntée la sociologie historique des réseaux sociaux, elle permet de décrire plus précisément le caractère pluriel et dynamique des relations sociales dans un monde social donné, et donc de clarifier les valeurs et les normes localement associées à ces deux types d’espaces de sociabilité.

*

Je n’en dis pas plus, je vous laisse découvrir le texte par vous-même. Il est disponible en accès libre à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/terminal/6883.

Bonne lecture !

 

Crédits illustration : « Facebook: Self-constructed digital identity and academic performance » par joelle L, le 16 mars 2014 (CC-by)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search