LASPIC | Carnet Site

Revue de web d’automne

Un petit billet qui rassemble quelques articles dignes d’intérêt parus depuis début septembre. De toute évidence, nous traversons une période faste pour la problématisation de la question technique à l’Assemblée.

Archéologie du #directAN

La question est simple : quand et comment est né le hashtag #directAN ? En recherchant à rebours dans les archives les occurrences du hashtag, on découvre que les choses semblent se jouer autour du 7 septembre 2010.

Ce que peut nous apprendre la HATVP sur les collaborateurs parlementaires

Si les données sur les députés sont rares, c’est encore pire pour leurs collaborateurs. On ne sait pour ainsi dire rien sur eux. Dans les déclarations d’intérêt des parlementaires, on trouve une base de données qui leur est consacrée. Que faire avec de telles données “tombées du ciel” ?

L’histoire de l’homme qui se croyait sans étiquette politique

Il était une fois un gars sollicité pour une candidature aux élections municipales. On frappe à sa porte, on en appelle à son civisme, on lui dit que son aide serait bienvenue pour renverser l’équipe municipale en place. (…) C’est un projet qui plaît à ce bonhomme. Il dit oui et s’engage.

Les leçons de Cersei Lannister à Littlefinger, ou comment s’exerce le pouvoir

Soient deux personnages. D’un côté, Cersei Lannister ; de l’autre, Lord Baelish, dit Littlefinger. Deux personnages clé de la vie politique du royaume, qui se jaugent au moment où l’empire vacille. De sérieux doutes pèsent sur la filiation paternelle du fils de la reine (et donc sur les amours incestueux de cette dernière), remettant en cause la légitimité du jeune prétendant à accéder au trône. Voilà le contexte.

Une économie de l’information parlementaire. Données.

Faisons l’hypothèse que la vie parlementaire est régie et structurée par une économie de l’information, qui est une économie de la rareté de ressources informatives. Ces ressources informatives, appelons les données. S’il y a convoitise, il y a aussi secret et rétention de savoirs, mais aussi échange et négociation, ce qui fait des données une monnaie d’échange.

Non, le Sénat ne vient pas de prendre le virage de l’Open Data

Comment puis-je tenir un discours pessimiste sur l’Assemblée quand au Sénat une nette avancée vient d’être obtenue ? L’Assemblée ne doit-elle pas forcément suivre ? Je vais donc ici expliquer en quoi le fait que des lignes bougent n’invalide pas ce que j’ai pu avancer précédemment.

[talk] L’Assemblée nationale prendra-t-elle le virage de l’Open Data ?

En vérité, il ne s’agit pas de demander aux élus de montrer ce qu’ils font, mais bien d’exiger que le travail parlementaire soit réformé en profondeur. Il se pourrait bien qu’au Parlement, on ne puisse se contenter de corriger à la marge des défauts structurels sans reprendre le système dans son intégralité.

Que signifie l’« open » de l’Open Data ? Du patch au hack, et de la publicisation à l’ouverture

L’ouverture (openness) contenue dans le néologisme « open data » porte deux conceptions bien différentes. D’une part l’ouverture des données, et d’autre part l’ouverture des institutions démocratiques. Les uns militent pour une transparence de la vie publique, les autres pour un nouveau pacte démocratique. Or rien n’oppose, ni ne rassemble franchement ces deux grandes revendications, au contraires elles agissent comme un cadre délimitant une infinité de postures possibles.