Étiqueté : lecture

J’ai lu “J’irai dormir à l’Assemblée”

J’ai lu « J’irai dormir à l’Assemblée » qui vient de paraître début avril, aux éditions Grasset. C’est un livre qui tombe à pic pour clore cette XIVe législature. Sur un ton piquant, cocasse, Hélène Bekmezian livre − un peu en vrac − ce qui a fait son quotidien de journaliste parlementaire ces dernières années. Mais au-delà de ce patchwork, quel est l’argument du livre ?

Aux origines de l’interactivité

Alan Turing en 1950, dans son célèbre test (éponyme) proposait à des individus un jeu textuel de questions-réponses, invitant chacun à deviner si son partenaire de jeu était ou non simulé par une machine. Ici se trouvent les fondements la notion actuelle d’interactivité, où l’on imagine envisageable une relation de conversation avec un sujet artificiel dans un rapport d’égalité.

Althabe, la servitude volontaire et l’anthropologie du contemporain

J’ai rendu il y a quelques jours le compte-rendu de l’ouvrage de Bernard Traimond : « Penser la servitude volontaire. Un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe ». Je le complète ici avec quelques extraits choisis, organisés autour de la question qui m’a le plus intéressé : l’approche anthropologique de la servitude volontaire.

Réponse à Fred Pailler, #streamingfury2

D’abord je te remercie d’avoir pris le temps de répondre à cette soliloquie qui, en tant que synthèse personnelle, n’était a priori pas destinée à créer la controverse. Ce souci de préciser ce qui doit l’être est tout à ton honneur, et cela même (et surtout) si certaines mes approximations ont pu paraître grossières, d’autant que non content de me pointer précisément mes erreurs c’est avec pédagogie que tu détailles ton propos.

Lire et écrire suffit-il pour utiliser les ordinateurs ?

J’ai lu « Streaming fury : les définitions du streaming et les représentations de ses usage(-r)s » sur le blog de Fred Pailler, et en guise de synthèse personnelle je m’autorise à en reproduire quelques extraits ici (au risque peut-être d’en remodeler outrageusement le propos), agrémentés de quelques remarques, commentaires et approbations. Rappelons en quelques mots ce dont il s’agit…

La contractualité de la pratique ethnographique

La pratique de l’ethnographie ayant longtemps fonctionné sous le signe de l’évidence et de la spontanéité des interlocuteurs, représentants d’une altérité irréductible, il est bon de rappeler combien le rapport de l’ethnographe à son terrain procède de l’intrusion. Ce qui pose problème c’est la passivité supposée dans nombre de travaux anthropologiques de l’objet de recherche face à une présence “dominatrice” du chercheur.