Étiqueté : usages

[article] Les téléphonistes de la Chambre sous la Troisième République

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon dernier article dans la Revue française de science politique (vol. 67, n°4), sur ces curieux personnels que la Chambre des députés a longtemps employés pour s’occuper du réseau téléphonique du Palais Bourbon, à partir de 1881.

Du (non) usage parlementaire du téléphone sous la Troisième République

Je suis en train de travailler sur la question de l’installation du téléphone au Palais Bourbon en 1882, au tout début de la Troisième République. J’essaye de développer l’idée que les technologies de communication sont un support important du travail parlementaire, ceci parce que les députés y voient une possibilité d’une ubiquité nécessaire à leurs fonctions…

[book chapter] Politique d’une innovation technologique confisquée

On savait déjà qu’il est très réducteur de penser la réalisation d’un projet technique au travers du paradigme balistique, c’est-à-dire comme la soumission d’une solution pour résoudre un problème, ou comme l’apport d’une réponse à une demande. C’est surtout un processus complexe d’innovations, d’arbitrages, de pouvoirs dont la portée est souvent peu comprise, et qui laisse finalement peu de place aux « intérêts » propres de ceux à qui l’on destine le nouvel outil. Or, quand le projet technique est à caractère informatique et concerne les usagers d’une institution comme l’Assemblée nationale, les enjeux de pouvoirs sont si présents que la technique est loin, très loin, de revêtir les atours de neutralité qu’on aimerait lui voir porter.

Choisir son système d’exploitation (3/3), ce qui explique cela

Faut-il considérer alors que les questeurs aient préféré ne pas se prononcer en faveur de l’une ou l’autre des solutions, pour en déléguer à chaque utilisateur la responsabilité ? Ce qui pourrait ici paraître un sage parti pris serait tout aussi avantageux pour éluder un épineux problème.

Choisir son système d’exploitation (2/3), le résultat prévisible

Il en irait de même en informatique qu’en démocratie, l’utilisateur-consommateur-citoyen serait le mieux placé pour départager des concurrents, les voix du plus grand nombre constituraient le meilleur arbitre qui soit. Cette idée de l’utilisateur-arbitre ne serait pas inintéressante si, avant même la tenue de ce « référendum technique », les jeux n’étaient dans une certaine mesure pas déjà faits.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search